Une neutralité impossible: l’Iran et le conflit dans le Haut-Karabakh

Le 27 Septembre 2020, les hostilités reprennent entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan dans le Haut-Karabakh, également appelé Artsakh, territoire revendiqué par les deux républiques depuis 1988.

Alors que l’attention se porte surtout sur les positions de la Russie et de la Turquie dans le conflit en cours sur la région du Haut-Karabakh, l’Iran reçoit moins d’attention. Les premiers sont certes les soutiens régionaux directs des parties arménienne et azérie, mais les enjeux du conflit, qui se déroule près de la frontière iranienne, sont particulièrement importants pour l’Iran.

Source: https://www.courrierinternational.com/article/conflit-vers-une-guerre-denvergure-entre-larmenie-et-lazerbaidjan

Un conflit aux portes de l’Iran

Il existe en effet une réelle possibilité que le conflit arméno-azerbaïdjanais, qui se déroule principalement le long de la frontière iranienne, déborde et constitue un risque sérieux pour la sécurité intérieure iranienne. Depuis le début de la guerre, plusieurs roquettes et obus de mortier ont atterri à l’intérieur de l’Iran, ce qui a provoqué une vive réaction de la part de Téhéran.[1]

Un autre élément sensible à sa frontière qui fait que l’Iran veut que cette guerre se termine avant d’arriver au point de non-retour, sont les récents rapports sur le transfert de combattants syriens par la Turquie pour combattre aux côtés de l’Azerbaïdjan. Cela est en soi un sujet de préoccupation pour Téhéran, qui n’accepte pas d’avoir de telles forces à proximité de sa frontière. Pour l’Iran, c’est une menace pour la stabilité à sa frontière nord et une force pour la Turquie qu’il est peu probable d’accepter dans son arrière-cour.[2]

Peur à Téhéran des volontés sécessionnistes

            Mais là n’est pas l’unique préoccupation de Téhéran, qui doit préserver son intégrité nationale. L’Iran abrite une minorité azérie importante: environ 20 millions d’Azéris vivent dans le Nord-Ouest de l’Iran, soit un quart de la population totale iranienne (et deux fois la population totale de l’Azerbaïdjan..!). Quant aux Iraniens d’origine arménienne, ils constituent l’écrasante majorité de la minorité chrétienne du pays, qui compte plus de 200 000 personnes.

L’Iran, un pays multiethnique, a aujourd’hui peur des soulèvements des minorités sur son territoire. Déjà, des escarmouches périodiques avec des groupes ethniques militants sont une réalité de la vie dans le pays. Dans le sud-est, à la frontière avec le Pakistan, le groupe ethnique Baloch Sunni jihadi Jaish al-Adl, qui aurait des liens avec Al-Qaïda, continue de cibler les forces de sécurité iraniennes. Le militantisme anti-Téhéran fait également partie de la vie dans les régions kurdes occidentales de l’Iran, à la frontière avec l’Irak.[3]

Ce qui pose problème à Téhéran, c’est que la communauté azérie d’origine iranienne est aujourd’hui très consciente de la dynamique du conflit entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan et est passionnée par Bakou. Le 1er octobre, quelques milliers de personnes sont descendues dans les rues des principales villes de provinces azéries et à Téhéran pour exprimer leur soutien à l’Azerbaïdjan, demander la fermeture de la frontière avec l’Arménie, et dénoncer la neutralité de l’État sur la guerre. Apparaître comme un ennemi de l’Azerbaïdjan pourrait donc susciter des velléités sécessionnistes, voire provoquer des tensions interethniques.[4]

Des relations irano-azerbaïdjanaises froides

            Il faut comprendre que Téhéran a une histoire compliquée avec Bakou, et qu’aujourd’hui, aliéner davantage son voisin pourrait avoir des conséquences néfastes à plusieurs niveaux. En 1991, lorsque l’URSS fut dissoute, l’Iran fut un des premiers pays à reconnaître l’Azerbaïdjan et entreprit de créer des relations amicales avec son voisin à majorité chiite (un des seuls au monde, avec l’Iran, l’Irak et le Bahreïn), qu’il voyait comme un terreau fertile pour la diffusion de sa révolution islamique.

Elchibey, élu président de l’Azerbaïdjan en 1992 et sceptique à l’égard du gouvernement théocratique iranien, préféra se tourner vers la Turquie, dont il admirait le sécularisme, et vers l’Occident comme partenaires stratégiques. Il était de plus un fervent nationaliste qui appelait à la création d’un “Grand Azerbaïdjan”, c’est-à-dire au rattachement des provinces iraniennes azéries à son pays.[5] L’euphorie initiale de l’Iran à la perspective d’un nouvel État chiite se transforma rapidement en crainte que Bakou alimente le sécessionnisme à l’intérieur de ses frontières. L’Iran apporta donc un soutien économique vital à l’Arménie dans la guerre pour le Haut-Karabakh[6], qui se termina en 1994 par un cessez-le-feu non concluant.

            Cet engagement de l’Iran au côté de l’Arménie ne fut pas oublié en Azerbaïdjan, et les deux décennies suivantes furent marquées par des relations froides entre l’Iran et l’Azerbaïdjan, bien que les deux pays coopèrent dans des domaines tels que le commerce, la sécurité et le secteur énergétique. Outre la relation privilégiée de l’Iran avec l’Arménie et la question de l’Azerbaïdjan iranien, les points de contentieux entre les deux pays incluent l’exploitation de la mer Caspienne et la bonne relation Azerbaïdjan-Israël.[7]

            Récemment, depuis 2013-2014, les relations se sont améliorées avec l’arrivée de l’administration de Hassan Rouhani, qui, depuis le début, s’est efforcé de faire croître les liens entre l’Azerbaïdjan et l’Iran. En mai 2015, l’ambassadeur d’Iran en Azerbaïdjan a annoncé qu’il ne reconnaissait pas la République du Haut-Karabakh, ce qui a renforcé les relations entre l’Azerbaïdjan et l’Iran.[8]

Cependant, les relations se sont refroidies depuis l’arrivée au pouvoir de Donald Trump aux Etats-Unis en 2016. Par exemple en 2018, l’Azerbaïdjan a suspendu le commerce du pétrole et du gaz avec l’Iran pour soutenir les nouvelles sanctions américaines contre l’Iran, ce qui a suscité l’hostilité du gouvernement iranien.[9] Par ailleurs depuis 2016, l’Azerbaïdjan a intensifié sa collaboration avec Israël, au grand dam de l’Iran.

Le facteur israëlien

            L’amitié israélo-azérie est un sujet majeur d’inquiétude pour l’Iran. Les deux pays ont l’objectif commun de contenir l’influence de l’Iran, et en février 2012, l’Azerbaïdjan a signé un accord de défense de 1,6 milliard de dollars avec Israël qui comprend des systèmes de défense aérienne, du matériel de renseignement et des drones.[10] Depuis 2016 les deux pays ont, entre autres, signé un accord de communication aérienne, aboli la double imposition[11], renforcé leur coopération économique dans plusieurs secteurs[12], et signé un contrat pour l’achat de drones kamikazes par l’Azerbaïdjan à Israël, que Bakou utilise en ce moment dans le Haut-Karabakh.[13]

Israël a par ailleurs conclu en septembre un accord de normalisation avec les Émirats arabes unis et le Bahreïn, ce qui lui donne une portée sans précédent dans les eaux du golfe Persique qui bordent le sud de l’Iran. Ce dernier ressent donc que l’étau se resserre autour de lui, et souhaite à tout prix éviter une présence israélienne accrue à ses frontières. Or une nouvelle détérioration des relations entre l’Iran et l’Azerbaïdjan pourrait pousser cette dernière à donner accès à Israël à ses bases aériennes, qui pourraient potentiellement être utilisées dans une frappe contre l’Iran.[14]

Un jeu d’équilibriste, entre neutralité et soutien à l’Azerbaïdjan

Le dilemme iranien est donc le suivant: continuer à soutenir l’Arménie dans le conflit du Haut-Karabakh comme l’a historiquement fait l’Iran va antagoniser davantage l’Azerbaïdjan, ce qui pourrait avoir de multiples, importantes répercussions en termes de sécurité intérieure, mais soutenir l’Azerbaïdjan reviendrait à abandonner l’Arménie avec qui elle a un partenariat privilégié dans le domaine énergétique. L’Arménie n’a de plus, elle, jamais fait preuve de politique expansionniste à l’égard des territoires iraniens, et n’a pas non plus développé de relations avec les ennemis de l’Iran – les États-Unis, Israël et l’Arabie Saoudite – à un degré qui sape ses relations cordiales avec Téhéran.[15] Enfin, l’Arménie est soutenue par la Russie, important soutien de l’Iran au conseil de sécurité de l’ONU.

La position officielle iranienne – exprimée par le ministère des affaires étrangères à plusieurs reprises – a été d’appeler les deux parties à faire preuve de retenue, en proposant une médiation. L’Iran n’est pas vraiment en mesure d’agir en tant que médiateur à l’heure actuelle, en particulier compte tenu de ses propres relations agitées avec Bakou, ainsi que de la sensibilité internationale face à l’influence régionale accrue de l’Iran. De plus, les tentatives de médiation de l’Iran au cours des trois dernières décennies se sont toutes soldées par des échecs, ce qui décrédibilise la proposition iranienne.

La seule raison pour laquelle l’Iran réitère son offre de médiation est de confirmer à l’Arménie et à l’Azerbaïdjan – et à leurs minorités ethniques et partisans respectifs à l’intérieur de l’Iran – que Téhéran reste neutre. Cette neutralité est le meilleur gage de stabilité intérieure de l’Iran.[16]

            Il semble néanmoins que l’Iran, pragmatique, ait cette fois décidé de se ranger du côté de l’Azerbaïdjan, après avoir réalisé que son scénario préféré – une désescalade rapide des tensions – n’était plus envisageable. En effet, en parallèle des offres de médiation, l’Iran a réitéré son soutien à l’intégrité du territoire de l’Azerbaïdjan – reconnaissant donc l’appartenance du Haut-Karabakh à l’Azerbaïdjan.[17]

Khamenei, lui-même azéri-iranien, n’a pas encore commenté les développements, mais un certain nombre de ses représentants ont publié une déclaration déclarant leur soutien à l’Azerbaïdjan dans le conflit. Les signataires – les représentants de Khamenei dans les provinces d’Ardabil, d’Azerbaïdjan oriental, d’Azerbaïdjan occidental et de Zanjan – ont souligné : « Il ne fait aucun doute que le Haut-Karabakh appartient à l’Azerbaïdjan et que la démarche de son gouvernement pour reprendre la région est tout à fait légale, selon la charia, et conforme à quatre résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies ».[18]

            Pourtant, la déclaration a été publiée juste au moment où des rapports ont révélé que Téhéran avait ouvert son espace aérien aux fournitures militaires russes destinées à l’Arménie, et que plusieurs vidéos ont circulé sur les réseaux sociaux montrant des camions transportant des chargements couverts à travers la frontière iranienne avec l’Arménie, ce qui a suscité des allégations selon lesquelles du matériel militaire était exporté pour être utilisé dans le Haut-Karabakh. Ces nouvelles explosives ont été rapidement démenties par Téhéran, qui réitéra à cette occasion que l’Arménie devrait quitter le territoire azerbaïdjanais qu’elle occupe depuis 1994.[19]


[1] https://www.tehrantimes.com/news/453700/Nagorno-Karabakh-conflict-from-Iran-s-perspective

[2] https://www.al-monitor.com/pulse/originals/2020/10/iran-dilemma-nagorno-karabakh-azerbaijan-armenia-mediate.html

[3] https://foreignpolicy.com/2020/10/14/iran-azeri-ethnic-minority-nagorno-karabakh/

[4] https://orientxxi.info/magazine/l-iran-ecartele-entre-l-armenie-et-l-azerbaidjan,4201

[5] https://www.lesclesdumoyenorient.com/Historique-des-relations-entre-l-Azerbaidjan-et-l-Iran-Partie-III-de-1991-a-nos.html

[6] https://www.lesclesdumoyenorient.com/Historique-des-relations-entre-l-Azerbaidjan-et-l-Iran-Partie-III-de-1991-a-nos.html

[7] https://www.lesclesdumoyenorient.com/Historique-des-relations-entre-l-Azerbaidjan-et-l-Iran-Partie-III-de-1991-a-nos.html

[8] https://www.al-monitor.com/pulse/originals/2020/10/iran-dilemma-nagorno-karabakh-azerbaijan-armenia-mediate.html

[9] https://www.naturalgasworld.com/azerbaijan-halts-gas-swap-with-iran-70629

[10] https://fwww.washingtonpost.com%2fbusiness%2findustries%2fisrael-signs-deal-to-provide-azerbaijan-with-16-billion-in-military-equipment%2f2012%2f02%2f26%2fgIQAjtmQbR_story.html

[11] https://www.trend.az/azerbaijan/politics/2739816.html

[12] https://www.azernews.az/business/110269.html

[13] https://www.challenges.fr/entreprise/defense/les-drones-kamikazes-nouvelle-menace-pour-les-armees_734569

[14] https://www.al-monitor.com/pulse/originals/2020/10/iran-dilemma-nagorno-karabakh-azerbaijan-armenia-mediate.html

[15] https://theconversation.com/nagorno-karabakh-why-iran-is-trying-to-remain-neutral-over-the-conflict-on-its-doorstep-147402

[16] https://theconversation.com/nagorno-karabakh-why-iran-is-trying-to-remain-neutral-over-the-conflict-on-its-doorstep-147402

[17] https://www.rferl.org/a/iran-worried-nagorno-karabakh-conflict-could-spread-azerbaijan-armenia/30883022.html

[18] https://en.radiofarda.com/a/khamenei-representatives-declare-support-for-azerbaijan-in-nagorno-karabakh-conflict/30872059.html

[19] https://besacenter.org/perspectives-papers/armenia-azerbaijan-conflict-iran/